Arnaque aux Donateurs

Subsister à tous prix !

Au Cambodge, c'est de plus en plus la coutume, les ONG et associations encore présentes dans le pays feraient n'importe quoi pour subsister. Pour exemples :

  • Une ONG qui distribuait des prothèses pour personnes handicapées par les explosions de mines, continue à percevoir des fonds, alors que maintenant elle s'est reconvertie dans la fourniture de radars aux forces de polices cambodgiennes. 
  • Une association joue sur la corde sensible de ses généreux donateurs en faisant croire que l’électricité est une denrée rare au Cambodge, et qu'elle sauve le monde en distribuant des lampes électriques.
  • Et bien d'autres organisations pratiquent l'arnaque à votre bon cœur. 

Par contre, les ONG ou Associations qui interviennent en support aux structures médicales existantes dans le pays sont des organisations sérieuses et généralement se limitent au bénévolat du corps médical (chirurgiens, médecins, infirmiers, dentistes...) de tout pays, notamment la France avec une forte participation.

La réalité sur le terrain !

Mais revenons au deuxième exemple, qui illustre parfaitement, au pire, l'arnaque aux donateurs, au mieux, la stupidité des actions effectuées sur le terrain.

Cette association, créée en 2013, affirmait encore dernièrement, début juin 2016, que seuls 13% des ruraux et 54% des urbains reçoivent l’électricité. Ce qui est totalement faux. De plus, L’association s'est donnée pour mission d’offrir une lampe à chaque jeune habitant de la province de Prey Veng, la plus pauvre du pays.

Habitant moi-même dans la province de Prey Veng où l'association distribue, soi-disant, des lampes aux familles et enfants, je suis très surpris par les pourcentages annoncés !

Je pense que les pourcentages annoncés datent d'au moins six ans, car cela ne peut pas être des chiffres actuels. 

Lorsque je suis arrivé en 2013 dans la province de Prey Veng et notamment dans le village de Lyly où nous avons construit notre maison. Seules 30% des maisons avaient l'électricité. Puis ayant acheté des poteaux électriques pour acheminer cette précieuse énergie depuis la piste principale jusqu'à chez nous, ainsi tous nos voisins en ont profité du réseau électrique. 

Le prix par maison pour du 16 ampères est d'environ 200$ tout frais d'installation compris (compteur, ligne électrique depuis la piste principale, quelques prises, quelques ampoules et un commutateur pour basculer "éventuellement" sur un groupe électrogène). En ce qui nous concerne, et c'est la même chose pour tous les commerçants qui ont quelques machines à faire fonctionner, nous avons opté pour du 32 ampères et là c'est nettement plus cher environ 1200$ pour l'installation, hors poteaux électriques en ciment (200$/poteau)

Donc je pense que dans la province, à la date d'aujourd'hui (fin 2016), plus de 70% des familles ont accès à l'électricité. Mais je vais mener ma petite enquête. Déjà à l'école où j'enseigne l'anglais, 100% des élèves ont l'électricité à la maison. Et 50% d'entre-eux connaissent quelques maisons sans électricité, mais très peu. 

Par ailleurs, je ne comprends pas vraiment le but de l'association, que je n'ai jamais rencontré sur le terrain, qui distribue des lampes aux enfants et familles ! Alors qu'il serait plus judicieux de leur payer les frais d'accès au réseau électrique...

D'autres part, et là je suis certain, 98% des maisons non connectées au réseau, utilisent des batteries de voiture, qu'ils rechargent périodiquement chez le voisin qui possède un groupe électrogène pour une somme dérisoire. Au début cela m'avait beaucoup étonné de voir de nombreux enfants à bicyclette avec une batterie de voiture sur le porte-bagages.

Donc, les raisons avancées par l'association sont fausses, car connectées au réseau ou sur batteries, presque tout le monde à de la lumière à la maison, avec au moins une lampe et la TV. Alors le coup des devoirs le soir, à la maison sans lumière, est totalement bidon. En plus, l'école finie à 16h00, donc bien avant la tombée de la nuit (sans bruit...) ce qui laisse largement le temps aux bambins de faire leurs devoirs...

Les adolescents qui vont au lycée ou à l'université sont issus de familles plus aisées, donc ayant le tout électrique à la maison.

C'est bien ce genre de situation qui m'agace, les associations feraient n'importe quoi pour continuer à subsister au Cambodge, et à chaque fois (leurs sites internet sont édifiants) ils jouent sur la corde sensible des personnes donatrices qui, pour cause d'éloignement, n'ont pas connaissance de la situation réelle sur le terrain.

Par contre, il est vrai que les coupures d'électricité sont fréquentes, mais cela va de mieux en mieux. En 2012 date de mon dernier retour au Cambodge, l'électricité était coupée trois à quatre heures par jour, si ce n'est plus. Maintenant, c'est une heure de coupure en moyenne, voire moins selon les périodes de l'année. Donc il faut absolument s'équiper d'un groupe électrogène, comme la plupart des commerçants, et tout va bien.

Mais la rumeur est tenace, lorsque Lyly a accouché de notre petite Lyna, tout le personnel de l'hôpital Calmette, apprenant que nous habitions à Prey Veng, nous demandait fréquemment : Comment faites-vous pour vivre sans électricité ? 

Et nous répondions inlassablement, mais on a tout ce qui faut dans notre province ! Comme quoi....

Et les Bénévoles dans tout ça ?

Les bénévoles sont des gens sensibles et généreux qui, par leurs multiples actions sur le terrain, apaisent la douleur des plus miséreux.

Leurs venues au Cambodge renforcent les organisations présentes, comme les ONG, où les Associations. Certaines d'entre-elles, sont des organisations Khmères, par conséquent légitimes, qui connaissent parfaitement les besoins de la population; par exemple, les problèmes liés aux grossesses, les conditions d'allaitement des nourrissons, etcétéra. Par contre, les organisations étrangères, voire françaises, sont souvent à côté de la plaque, des réels besoins du pays.

Les bénévoles, par leurs courts séjours n'ont pas le temps de vérifier la pertinence des actions de l'association ou de l'ONG qui les sollicite. De plus, durant leurs courtes missions ils sont confrontés aux cas les plus extrêmes, ce qui renforce leurs sentiments d'être indispensable et que, sans eux, le Cambodge sombrerait dans la misère noire.

Mais en fait toutes ces organisations exploitent la sensibilité des bénévoles et des généreux donateurs. Ce sont généralement des organisations à but non lucratif. Quelle hypocrisie, sachant que les termes "Non lucratif" veut tout simplement dire "pas de bénéfice".

Donc les comptes annuels sont équilibrés. Et pour éviter de dégager des bénéfices, les chapitres des dépenses de fonctionnement et d'investissement sont de plus en plus élevés. Ainsi, l'on peut voir, dans les grandes villes, s'élever de somptueuses Villas, pour accueillir les managers, ou bien défiler de somptueux 4x4 (Lexus, Land Cruiser...), organiser des réceptions, etcétéra, etcétéra.

Mais les bénévoles, qui sont aussi de généreux donateurs, viennent au Cambodge à leurs frais (billets d'avion, hôtels, restaurants...), voire même ont fait un ou plusieurs stages dans des structures de leur pays natal (la France est très forte en ce domaine), pour bien comprendre comment intervenir dans ce pauvre pays qui se relève péniblement de 25 années de guerre.

Mais en fait, tout est organisé pour piéger les bénévoles.

Juste un exemple personnel : je me suis adressé à trois associations françaises, pour leur proposer mon aide puisque je suis résident permanent au Cambodge. Deux ont fait la sourde oreille, la troisième m'a répondu que je devais d'abord faire un stage en Touraine d'une semaine, pour évaluer mon aptitude... Pourtant, je pense connaître le pays et ses besoins pour avoir vécu avec les Khmers les différentes tragédies du royaume.

Alors au quotidien, j'apporte mon aide à mon voisinage, et je n'ai jamais rencontré l'une de ces organisations, car elles préfèrent les sites touristiques (Kep, Kampot, Sihanoukville, Siem Reap...) plutôt que la campagne profonde.

Mais il est vrai, ces villes attirent une certaine misère, où fleurissent des genres de bidonvilles, comme partout dans le monde (Los Angeles, 80000 miséreux à sa porte). Et cette misère devient la proie des horribles rapaces que sont les ONG etcétéra.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (4)

Kroussar
  • 1. Kroussar | 05/08/2016
Tiens ! Si vous aimez les belles histoire du même genre, en voici une autre :

http://forumcambodge.e-monsite.com/pages/les-pieges-a-eviter/ong-histoire-de-pognons.html

Bon, je sais je suis assez septiques sur les ONG, et il y en a beaucoup qui font de très bonnes actions sur le terrain ! Cependant, il faut dénoncer les ONG bidons; N'est-ce pas ?
Kroussar
  • 2. Kroussar | 01/08/2016
Je voudrais préciser que, notre province fait réellement partie des plus pauvres et toutes aides à la population est la bienvenue.

Malheureusement, je n'ai jamais croisé d'organisation humanitaire dans ma campagne profonde et je suis toujours en attente, avec le secret espoir, qu'un jour l'une d'elles s'investisse dans mon village. Notamment pour les dons affectés aux constructions et rénovations d'écoles, l'achat de mobilier et de matériel scolaire...

Cordialement Kroussar
Kroussar
  • 3. Kroussar | 01/08/2016
Bonjour Jacques

Merci et bienvenue !

Heureusement, beaucoup d'associations font de réelles actions sur le terrain, notamment Enfants du Mékong qui intervient dans 7 pays : Vietnam, Thaïlande, Laos, Philippines, Cambodge, Birmanie et Chine.(bien que le Mékong ne passe pas au Philippines !!!).

Mon cher Jacques si je peux être utile pour cette association, fais le moi savoir.

Cordialement Kroussar
MADEC jacques (volterre)
  • 4. MADEC jacques (volterre) | 30/07/2016
cher ami ,que penses tu d' EDM enfants du Mékong ?
je parraine avec eux des enfants ,depuis 3 ANS , sans aucun problèmes , ils sont surtout à SISOPHON , le siège est à ASNIERES;
cordialement
obs: tes récits sur les "missions " : sobres et racontés avec beaucoup d'humilité ! marre des Rambo-bidon" bravo !

au plaisir de te lire
jacques

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 08/08/2018