Cambodge. Miroir aux Alouettes ?

Avertissement !

 

Cette expression apparaît dans les années 50. Le miroir aux alouettes est tout simplement un piège qu'utilisaient les chasseurs pour capturer les oiseaux, dont les alouettes. 

Le piège, un morceau de bois en forme d'oiseau, était constellé de petits morceaux d'un miroir ; en agitant l'objet, le chasseur attirait de nombreux oiseaux, qu'il n'avait plus qu'à attraper au filet, ou plus dramatique, à abattre d'un coup de fusil.

"Le miroir aux alouettes" signifie donc que vous vous êtes fait leurrer, ou que certains indélicats vous ont berné.

Et au Cambodge, principalement dans les villes touristiques, les leurres sont nombreux et les personnes indélicates multiples. 

Donc ceux qui pensent ou espèrent faire fortune au Royaume Khmer, se trompent ou se font berner. En conséquence, la prudence est mère de sûreté ! Ceci juste pour vous dire de ne pas foncer pas tête baissée. 

Recommandation !

Recommandation pour créer son affaire (commerce), si vous pouvez répondre avec certitudes à chacune de questions suivantes, vous avez les bonnes données en mains. Sinon, parcourez tous les articles de ce blog et vous trouverez vos réponses.
 

Conseils !

Ce qu'il faut maîtriser absolument :​

  • Connaissez-vous les formalités pour obtenir un Permis de travail ?
  • Savez-vous quel est le type de visa qui vous permet de travailler au Cambodge ?
  • Etes-vous informé sur la réglementation existante: Patente, Taxes, Impositions, Quotas ? 
  • Connaissez-vous la réglementation sur baux commerciaux ?
  • Connaissez-vous le marché est la concurrence ? Vous allez être en concurrence avec des locaux, et des expatriés, pensez vous qu'ils vont être tendres avec vous !
  • Avez vous fait un business plan ?
  • Avez vous 1 an de fonds de roulement devant vous ?

Les "Expats'", pour la majorité des français, des australiens ou des russes, se répartissent, principalement, entre les quatre grandes villes : Phnom Penh, Siem Reap, Sihanoukville, et Battambang.

Ces Expats ont posé leurs valises, le temps de flamber leurs dernières économies ou celle de leur grand-mère dans on ne sait quelle affaire miraculeuse. Mais une poignée est morte de trop attendre le touriste, de trop fumer et d'un trop plein de whisky local.

Les affaires des Expats ont une durée de vie relativement courte, en moyenne 18 mois et pour les plus chanceux parfois de longues années. Elles s'achètent et se revendent sans arrêt, seules les têtes changent. Bien sûr il y a des exceptions pour confirmer la règle, mais là ce ne sont plus les économies de grand-mère qui sont investies, et pour certains un demi-million de dollars, voire beaucoup plus ! Ceux-là se partagent les grands commerces et le marché des voyageurs individuels, ils sont établis depuis longtemps et leurs affaires sont prospères, mais ils se comptent sur les doigts de la main d'un lépreux.

À Sihanoukville, de nouveaux arrivants pleins d'optimisme, persuadés de réussir là où les autres ont échoués, côtoient les déçus, la valise sous le bras, et sans le sou pour un billet de retour.

Alors, surtout, surtout soyez juste prudents, très prudents,  car il s'agit de ne pas tout perdre !

Il faudrait rester au minimum 6 mois au Cambodge et bien peser le pour et le contre avant d'investir quelques dollars. Car, le nombre d'expatriés arnaqués est très important, et ceux qui réussissent une minorité.

Donc, ceux qui ont un réel talent en restauration, hôtellerie, ou pour les métiers de bouche (Charcutier, Boucher, Pâtisserie, Fromagerie...), peuvent encore tirer leur épingle du jeu. Mais certaines villes sont déjà saturées. 

Ponh Penh

​Les affaires, surtout en restauration et métiers de bouche, peuvent nourrir leurs propriétaires, mais le chemin de la fortune sera long. Et les endroits stratégiques sont généralement tous pris.

Siem Reap

​Avec un investissement raisonnable, la création d'une petite Guest house (maison d'Hôtes), dans un endroit charmant, peut également permettre de vivre décemment. De même pour les métiers de bouche, Siem Reap reste une excellente opportunité.

Batdabang

​A Batdambang tout est possible, il faut simplement aimer l'aventure, car loin des destinations favorites. Les touristes, font malgré tout une halte dans cette charmante ville colonial, donc le business est possible. Et puis, il y a une communauté d'expats qui ne demande qu'a se régaler.

Kampot

Assurément la ville est charmante, et plein d'atouts. Tous les types de commerces sont possibles, et il y a encore de bonnes affaires à réaliser.

Kep

Station balnéaire des années 60, Kep renaît progres-sivement. Mais, en ce qui concerne les restaurants et Guest-house, il y a saturation. Dernièrement, on recensait 200 commerces uniquement pour ces deux catégories. Et le nombre de touristes n'a pas vraiment augmenté depuis cinq ans. Donc, les nouveaux commerces devront faire preuves d'imagination !  

Sihanoukville

​Côté hôtellerie, l'avenir appartiendra au grands investisseurs du moins c'est l'orientation prise par le Gouvernement. Et les petits bungalows en bord de mer, qui avaient tous leurs charmes, c'est fini. Donc, les métiers de bouche, ou bar de nuit, sembles êtres de bonnes options, mais il faudra faire preuve d'excellence, car la concurrence est terrible.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 04/09/2018