Origine du Peuple Khmer

Plusieurs peuples ont façonné les Khmers, lentement, au cours des siècles, nous faisant oublier ses origines. Historiquement les Khmers sont issus de l’Asie brune du sud de l’Inde, très différente de l’Asie jaune chinoise. Plus exactement ce peuple prend ses racines à Java.

Le Chinois a éclairci son teint, le Siamois et l’Annamite affinèrent ses formes après que l’Hindou, peut-être, eût agrandi ses yeux. Ainsi l’on voit partout, du nord au sud du pays défiler de femmes majestueuses, volontaires et complexes, nées de ces greffes successives, mûries dans la chaleur et dont la nudité, au temps de leur enfance, fut polie par l’air et les eaux.

Dans les campagnes, en lisière de la grande forêt, ou sur les rives des grands fleuves, nous rencontrons ces femmes Khmères, Phnongs ou Jaraï, fières de leurs beautés et de leurs nudités. Elles n’ont point honte… au contraire, elles ressentent une grande joie, et elles ne couperont pas même une palme pour altérer ce pur scandale.

Une vie perpétuellement accroupie confère aux jambes et au bassin une souplesse de jonc, et cambre leurs reins. On ne voit que des gestes, attitudes, mouvements essentiels qui se composent avec tout ce qui l’entoure, se servent de l’atmosphère pour s’alléger, de la lumière pour se parer, si immédiats, si souples, si dépouillés. Pour qui sait voir, cette beauté vivante est d’autant plus saisissante qu’elle s’offre partout et a toute heure.

Les mariages Sino-Khmers, Lao-Khmers, Viet-Khmers, encore que ces derniers soient rares, pour les raisons que vous connaissez, ont fini par achever cette modification.

Progressivement toutes ces transformations nous ont fait oublier l’origine de ce peuple, alors il est parfois utile de la rappeler !

En fait les Khmers, plus exactement les Khmers-Mons, sont les descendants du peuple Munda, qui furent les premiers habitants des terres indiennes avant que de nouvelles civilisations viennent envahir et repousser les Autochtones.

Un seul peuple refusa de se soumettre aux nouveaux arrivants  et préféra l’exode plutôt que de perdre sa culture et ses traditions, dont l’une des routes les conduisit vers le nord-est. Ainsi les Munda (ou Khmers-Mons) ont progressivement migré vers la Thaïlande et le Cambodge, actuels, jusqu’à la Mer de Chine, intégrant le bas Mékong.

Donc la personnalité propre au peuple Khmer existait bien avant l’hindouisation. La culture Khmère avec sa langue et son écriture, ses pensées et ses croyances, ses coutumes et ses traditions, continue à exister de nos jours, car les Khmers n’ont jamais abandonné leurs coutumes.

Alors pourquoi nommons-nous les Cambodgiens « Khmer » ?

Nous savons que les Français sont les habitants de la France, que les Japonais sont les habitants du Japon, etcétéra. Le problème se pose lorsqu’on dit que les Cambodgiens sont des Khmers. Pourtant, ce nom originel est le vrai nom pour désigner les Cambodgiens.

Bien que le peuple Khmer soit originaire de l’Inde, ce peuple avait ses propres règles et un régime matriarcal, où tout était fait pour imposer la suprématie de la mère. La mère dirigeait tout, et tout était dirigé au nom de la mère. Ainsi, c’était dans l’idée d’imposer le système Matriarcal que l’on désignait se peuple sous le nom de Khmer qui signifie simplement celui qui est subordonnée ou soumis à l’autorité de la mère.

Alors d’où vient le nom de Cambodgien? Tout simplement du français Cambodge, nom donné du temps du Protectorat, lui-même venu de l’anglais Cambodia, dérivé du Sanskrit « Kambuja » qui veut dire descendants de  Kambu.

Mais une autre légende donne une autre signification de la signification du nom Khmer. Selon George Coedes, et d’après une épigraphie cambodgienne du X° siècle, les rois du Kambuja descendraient d’un ancêtre mythique éponyme, le sage ermite Kambu, et de la nymphe céleste Méra, dont la contraction des deux noms donna l’origine du nom Khmer (Kambu+Méra=Khmer).

En ce qui me concerne, bien que je reconnaisse les Khmers comme les descendants de Kambu. J’ai une préférence pour la signification proposée par le Prêtre anthropologue allemand, Wilhelm Schmidt, qui précisait que le nom Khmer veut dire «Celui qui est subordonnée ou soumis à l’autorité de la mère».

À vivre au quotidien avec les Khmères on se rencontre très vite que c’est la femme qui porte la culotte et que le système matriarcal est toujours très présent. Et si le Baraing n’a pas compris cela, beaucoup de difficultés sont à craindre, lorsque celui-ci décidera d’épouser, ou de vivre, avec l’une de ces déesses Khmères.

Nota : Baraing est la déformation du mot Parrain, que les Khmers avaient gentiment donné aux Français pendant le protectorat (1863-1953). Ils considéraient les Français comme un protecteur, un parrain en quelque sorte. Depuis, le mot Baraing désigne non seulement les ressortissants français, mais aussi tous les étrangers de peau blanche.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 05/09/2018

×