L'Enfant Roi

L’enfant, au Cambodge, est roi. Que cela soit tenu pour dit.

Ici, on ne contrarie pas l’enfant, on n’élève pas la voix en sa présence, et surtout, on ne lève jamais la main sur lui,  parfois juste un petit coup de tige, mais rarement. Et en aucun cas on ne grondera un enfant qui n'est pas le sien. Cela donne des parents Khmers dévoués corps et âme à leurs progénitures.

C’est à tel point que si nous, Baraing, nous nous fâchons avec notre enfant, quelque soit l'endroit, tout le monde se retournera et nous jettera des regards noirs, voire s'attroupera autour de nous en posant moulte questions "Séké ! Mirne Panïaha ? (C'est quoi! Vous avez un problème ?)

Car oui, tout ce qui touche à l’enfant est sensible. Si cela peut être justifié pour éviter les cas d’abus sur enfants, cela reste très exagéré. 

On connait tous des cas de Baraings inquiétés par la police pour avoir perdu leur sang-froid un jour de grande fatigue, pour avoir tout simplement secoué par le bras un bambin trop turbulent...

Sachez également, pour éviter bien des soucis, que vous ne devez pas toucher un enfant qui n’est pas à vous... Même si des enfants turbulents s'agrippent à vos jambes, en jouant bruyamment. Ou encore, qu'un jeune “vendeur ambulant” de 4 ans qui vous crache dessus, en vous tenant par le bras, parce que vous ne voulez pas acheter son porte bonheur qu'il vous tend depuis plus de dix minutes. Si la maman s'en aperçoit, elle deviendra totalement hystérique et vous menacera d’appeler la police, si ce n'est déjà fait.

La pensée (toujours) positive. Quand nous disons que les parents Baraings passent pour des sauvages, ce n’est pas seulement parce qu'ils râlent plus souvent sur leurs bambins ou qu'ils ont la main plus leste. Non, à côté des trésors de patience déployés par les mamans Khmères, on a souvent l’impression que les parents Baraings sont très nulles en management de crise. 

Les mamans made in Cambodia sont très encourageantes et toujours positives. Comment font-elles ? Quel est leur secret pour rester stoïques avec des nouilles collés aux cheveux ou un enfant qui se roule par terre dans la boue ? Eh bien leur secret, est que l'enfant représente l'avenir, la certitude d'être protégée et aidée par leurs enfants lorsque ceux-ci auront atteints l'âge de travailler. Vous entendrez toujours les mères cambodgiennes  s’extasier d’un Lahor nas  ! ( C’est très beau ou très bien), pour féliciter d’un gribouillis sans queue ni tête, d’un vélo descendu sans accroc ou d’un pardon obtenu après moultes tergiversations.

Ce côté positif demeure ensuite à l’âge adulte. On vous félicite pour la dernière bonne action que vous venez de faire, la dernière augmentation que vous venez d’obtenir au travail ou pour la superbe nouvelle voiture (généralement d'occasion, avec plus de 400000 km au compteur) que vous venez d’acquérir. C’est assez encourageant...

A l’école, c’est pareil : les maîtresses ne diront jamais de votre enfant qu’il est nul, mais qu’il fait du mieux qu’il peut et que c’est ça l’important. Elles commenceront toujours par présenter les qualités de votre enfant avant de dire ce qui peut être améliorer, voire même passer complètement sous silence ses lacunes. En classe, l’enfant, dès le plus jeune âge, est toujours encouragé pour sa bonne conduite ou son respect au drapeau et aux anciens (impensable en France). C’est assez surprenant, pour nous Européens, élevés au son des “Vous ne ferez jamais rien dans la vie mon pauvre garçon, ma pauvre fille" !

Conseil: si des enfants chahutent autour de vous, si vous vous sentez irrités par leurs agissements ! Surtout ! Surtout gardez votre calme, et ne les touchez pas !!!

Réflexion de Kroussar

Il n’est pas étonnant que certains petits expatriés grincent des dents au retour dans leur pays, car l’école y est beaucoup plus stricte.

Je reconnais que le pays a déteint beaucoup sur moi : je suis de facto très tolérant avec les enfants et je laisse passer beaucoup plus de choses. 

Ironie de la chose : vous passerez pour des laxistes de premier ordre lorsque vous retournerez en Europe !

Bien évidemment, vous pouvez avoir un comportement plus familier avec les enfants de votre entourage...

Image 17

2 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Commentaires (3)

Kroussar
  • 1. Kroussar | 24/07/2016
Merci à tous pour vos commentaires encourageants. J'ai juste oublié de préciser que la notion d'enfants capricieux n'existe pas au Cambodge, puisque tout leur est permis....

Et jours après jours j'apprécie leur compagnie, même si je ne me lance dans aucun discours, aucun conseil, aucune remarque. Je les regarde vivre et j'aime ces moments que le temps n'effacera pas.

Gamins ou adolescentes d'aujourd'hui, adolescentes de toujours : dormeuses, boudeuses, amoureuses, etc. Avec leur smartphone comme doudou.

J'écris ces lignes allongé sur un transat. Je les entends rire dans le jardin, car presque tous les bambins du village jouent dans le jardin du Baraing.... Et beaucoup d'ados viennent pour se connecter à internet (free Wi Fi at home).

Quand tout ce petit monde filera, je retrouverai des sacs plastiques et épaves de canettes qu'ils auront tous laissés sur place, pensant qu'une fée passe derrière eux, nettoie, et range tout ce qui traîne...
Marcelo
  • 2. Marcelo | 30/06/2016
Merci Kroussar pour ce papier, si joliment écrit.
Amitiés,
Marcelo
thierry
  • 3. thierry | 29/06/2016
Sympa le petit texte sur l’éducation de ces chérubins.... Quand j'habitais Sihanouk je vivais dans un petit village ou j'y ai vu ces gosses... et j'ai pris l'habitude de dire que je devrais prendre des petits européens en stage chez moi pour leur montrer ce qu'est la vraie vie, l'apprentissage du respect de ses aines etc etc.... Par contre hum, j'ai assiste a des corrections plutôt sévères, il m/est même arrive d'intervenir auprès de la maman car si le petit se prenait des coup de tige la raison était souvent parce qu'il ne m'avait pas aide a porter mes paquets, ou laisser faire mon ménage lol....
J'ai vu ces enfant grandir et évoluer, j'ai beaucoup appris d'eux et eux de moi... aujourd'hui l'aine de l'une des fratries qui vivaient a cote de chez moi est mon jeune "salarie", il a tellement insiste que je n'ai pu dire non... bref, ces enfants deviennent grands un jour, et leur éducation est juste.... parfaite, a l'image de cette société si souriante... Pourvu que nous, peuple des mondes modernes on ne les pourrisse pas trop avec nos besoins de luxe et de superflu....

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 04/06/2017