Le Moine Mendiant

Omniprésence et Influence

Il y a plus de 50 000 moines bouddhistes au Cambodge et environ 4 000 pagodes. Le bouddhisme est la religion d'État du pays, et environ 93 à 95% des Cambodgiens sont des bouddhistes theravada.

Les moines bouddhistes occupent une place influente et omniprésente dans la société cambodgienne.

À titre d'exemple, pour l'influence des moines, vers la fin de l'année 2008, le gouvernement a interdit la rediffusion à la télévision cambodgienne d'un opéra-rock, Where Elephants Weep, en raison de critiques émises par des moines. Selon les certains bonzes, le spectacle, mettant en scène des moines chantant et dansant, était une insulte au bouddhisme. À la suite de cette controverse, le premier ministre son Excellence Samdech Hun Sen a déclaré que toute production touchant au bouddhisme et aux moines devait recevoir l'autorisation du ministère des Cultes et des Affaires religieuses avant de pouvoir être diffusée à la télévision.

Un autre exemple, de l'omniprésence: chaque jour les moines viennent mendier à votre porte, chaque événement requiert la présence de moines pour la prière, chaque fête nationale est une fête Bouddhique et se déroule au temple, parfois en dehors mais rarement.

Ainsi pour construire une maison, chacune des étapes majeures (fondations, plancher, toiture, et emménagement) donne lieu à une cérémonie religieuse ou trois à six moines sont conviés pour bénir les futurs occupants et la réalisation des travaux.

Et tous les huit jours, les Khmers se rendent à la pagode pour faire des offrandes, et prier pour une vie meilleure (maintenant ou dans le futur).

Ainsi, chaque village à sa pagode, et le vénérable qui la dirige rivalise avec les autres temples pour avoir le plus beau, le plus somptueux...

Décadence

A l’instar de ses homologues dans tout le royaume, le vénérable de notre pagode s’est lancé dans une course à la plus belle pagode. “Il faut montrer aux mécènes que leur argent est bien utilisé”, me-disait-il dernièrement. Son prochain projet ? “La toiture du nouveau temple, une réplique du Palais Royal de Phnom Penh", rien de moins....

Malgré tout, la pagode remplit son rôle social puisque ses aménagements profitent aux bonzes et aux étudiants, issus en majorité de familles rurales déshéritées. Mais on peut déplorer toutefois “une influence croissante du matérialisme”. De fait, la foi ne constitue pas toujours la motivation première des candidats bonzes. Beaucoup de jeunes moines conçoivent leur engagement religieux avant tout comme un ascenseur social, pour faire des études, avoir la possibilité d’aller à l’université et apprendre l'anglais.

Beaucoup, envisagent de travailler dans le privé, et pour certains dès la fin de leurs études. C’est le cas de la majorité des 60 jeunes bonzes qui vivent dans notre pagode…

Lorsque l’on évoque la façon dont les jeunes, ou moins jeunes bonzes, accèdent à la pagode, ils reconnaissent quasiment tous avoir bénéficié de “contacts” avec certains moines. Pourtant, au dire de plusieurs étudiants, être issu d’une famille pauvre ne suffit pas, car les places sont chères et il n’y a point de salut sans réseau ni piston. Comme quoi !

Ces vocations dépourvues de sincérité donnent lieu à des dérives. On peut voir, les jeunes bonzes équipés de Smartphones dernier cris,qui discutents au téléphone avec des filles jusqu’à plus d'heures, et quêtent pour leur profit personnel. “Si un bonze veut le dernier Nokia, qui coûte entre 200 et 300 dollars, il fait la quête pendant un mois durant !”


 

Le vécu de Kroussar

Notre oncle, qui était à la dérive depuis plus de dix ans, est devenu moine sur mes recommandations. Avant cela, chaque jour était une source de conflit avec la famille, il refusait d'aider, se saoulait, se comportait de façon étrange avec les voisins. Bref, à l'aube de ses cinquante ans, il était devenu une loque humaine. Depuis, qu'il est moine, il n'est plus le même. J'ai découvert un homme généreux, et joyeux avec qui on peut parler de tout. Le fait qu'il fut abandonné par ses enfants après le décès de son épouse, a été pour lui une horrible blessure.

Maintenant, il progresse dans la hiérarchie des bonzes, il a retrouvé le plaisir de la lecture, et met de côté 100 à 200$, par mois. Il faut savoir que les dons et les quêtes sont en partie redistribués aux moines du temple. Alors plus les donateurs sont généreux, plus les quêtes sont nombreuses et profitables, plus les moines s'enrichissent !

Dernièrement, mon neveu devenu bonze, me demandait de traduire plusieurs messages anglais qu'il avait reçu sur son facebook. Beaucoup de jeunes filles de divers pays, lui signifiaient leur amour à coup de "I Love You", lors de la traduction il a énormément rit, et m'a joyeusement dit "Oh Mirne Sangssa Tchroene", qui veut dire "Oh, j’ai beaucoup de petites amies"! Depuis, il redouble d'efforts pour apprendre l'anglais...

Étant un généreux donateurs, il y a plusieurs parties du temple de notre village où sont inscrits nos prénoms, notamment une fresque en relief représentant une scène de vie de Bouddha.

C'est la coutume au Cambodge, les noms ou généralement les prénoms des donateurs sont inscrits dans des grands livres, ou directement sur les murs et piliers de la pagode, avec le montant du don. Et à chaque grandes fêtes religieuses, les noms des nouveaux donateurs sont cités à la fin de chaque prière...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 10/07/2016