Rôle de la Mère

D'abord il faut clarifier un point.

Nous entendons ci et là dire qu'élever la voix et perdre son sang froid est extrêmement rare et mal vu dans la vie des Cambodgiens.

En fait c’est totalement faux si vous êtes Khmers et totalement juste si vous êtes Baraing.

Nota: Baraing, déformation du mot Parrain donné aux français du temps du protectorat. Aujourd'hui, le mot Baraing est utilisé pour désigner un étranger.

Faux pourquoi ? Parce que les insultes fusent joyeusement lorsqu'une personne khmer/khmère se fait agresser verbalement. Et les femmes sont les premières à monter sur leurs grands chevaux lorsqu'on leur manque de respect ou lorsqu'on commet une injustice à leur encontre. Il faut cependant avouer que les injures, échangées entre deux femmes, sont généralement grossières, à faire pâlir le plus vulgaire des Expat’s.

Juste pourquoi ? Comme dans la plupart des cultures asiatiques, ne pas "perdre la face" est extrêmement important. Rabaisser les Cambodgiens ne ferait qu'engendrer un ressentiment, alors nous Baraing devons faire très attention à nos comportements et à nos dires, sans jamais élever la voix, pour autant que nous soyons correctement compris.  L'humour sera généralement utilisé pour désamorcer une situation et faire la lumière sur un problème.

Alors nous devons par nos attitudes et paroles faire en sorte de respecter la femme Khmère.

La clé de voûte

Car c'est la femme cambodgienne, par son rôle, qui transcende tout pour l'intérêt de sa famille et de l'avenir des siens. 

Les cambodgiens reconnaissent et respectent cette qualité chez leur compagne. Nous vous conseillons à sujet de lire la littérature khmer un chef d'œuvre mis sous forme d'opéra Yi key. Le mot clé pour les recherches sur la toile est soit Ka Key, soit Ka_Key.

Rappelons que la famille Khmère est de type matrilocal (le fiancé/mari demeure dans la famille de sa femme) et qu’elle dépend d’un régime matriarcal (autorité de la mère).

Autrefois la Mère au Cambodge, dû au «système matriarcal», avait la responsabilité de mener le pays et ce, depuis le règne de Neang Liv Yi (eh oui, le premier chef Khmer fut une femme). Cette idéologie matriarcale se manifeste communément dans l'étymologie cambodgienne. On retrouve encore aujourd'hui dans le vocabulaire courant le mot «Mè» (mère) pour désigner les êtres humains, qu'ils soient chefs ou qu'ils occupent le sommet de la hiérarchie.

Selon le dictionnaire Fançais/Khmer : chef de famille = Mè kroussar; chef du village = Mè poum, chef de commune = Mè srok ; chef militaire (officier) = Mè tirp hirn; chef de la maison (l'épouse) = Mè phtear. 

Toutes ces définitions apportent la preuve de la place dominante de la Mère dans la société, telles que définies par les valeurs ancestrales.

En outre, dans la cérémonie maritale, les époux doivent vénérer la mère et la grand-mère de la promise avant tout. Et lors des nombreuses étapes religieuses de la cérémonie nuptiale, l’une d’elles est particulièrement évocatrice : « La Prosternation nuptiale », où la mariée lave les pieds du marié en symbole de dévouement, et ce dernier lui remet de l'argent, symbole matriarcale qui donne à la femme les pleins pouvoirs et la gestion du budget familial.

Malheureusement, les 25 années de guerre ont affecté le système matriarcal, de même par la présence des forces onusiennes. La femme n’est plus respectée comme avant, souvent battue, souvent délaissée, parfois prostituée, elle doit faire face à de nombreuses difficultés.

Cependant un point commun avec le système matriarcal demeure. Car la Mère joue en effet un rôle de premier ordre dans la transmission des valeurs ancestrales. Elle est responsable de mener ses enfants dans le droit chemin et de s'assurer qu'ils deviennent de bons citoyens responsables, honnêtes et respectueux. De ce fait les règles morales sont beaucoup plus nombreuses pour les femmes que pour les hommes, notamment :

« Le Respect des aînés ». Ce concept fait partie des coutumes cambodgiennes et la mère les transmet à ses petits dès leur plus jeune âge. Ceux-ci apprennent à respecter leurs aînés parce qu'ils représentent la sagesse, la mémoire, l'expérience, les valeurs et l'autorité. Il faut rappeler que les enfants cambodgiens n'appartiennent pas seulement à leurs parents, mais à toute la lignée, à leurs ancêtres, qu'ils doivent honorer.

« La Relation Mari-Femme ». Vis-à-vis de l'épouse, les droits du mari sont étroitement limités; il ne peut entreprendre aucun acte important sans son consentement, il ne peut dépenser l’argent sans y être autorisé et, par exemple,  le jour de son mariage, l'épouse peut tenir sa tête un peu plus haute que celle de son mari, manifestant ainsi, par avance, son autorité. De plus, comme, le mari travaille généralement à l'extérieur, il doit rapporter périodiquement ses gains à son épouse qui se chargera de gérer le budget familial.

« Les Alliances ». Aux côtés de son mari, la femme joue un rôle très important en gérant les alliances, qu’elles soient matrimoniales ou économiques. C’est donc elle qui se chargera du réseau social et, de fait, organisera les fêtes familiales ou religieuses. Puis elle, en couple, ou seule, se rendra à toutes les cérémonies organisées par les membres de son réseau. Elle aimera porter de beaux bijoux, en or, avoir de belles toilettes. Bref elle très coquette et aime être belle et reconnue comme telle. Enfin le dicton Khmer ne dit-il pas : " Si le mari est colonel, la femme est général" ? Bon, on entend déjà les rires moqueurs des amis Expats’.

Alors lorsque ces déesses Khmères se marient, ou vivent avec un Baraing, elles sont désorientées par le choc des cultures, et cherchent d’elles-mêmes un repère et une identité. Elles vivent un conflit de valeurs et ne se sentent donc pas capables de décider des changements à apporter. Et généralement cela se termine par une rupture...

Conseil :
Alors pour éviter tous conflits ou toutes tensions dans un couple, les Baraing doivent, sans pour autant se compromettrent, acceptés la culture Khmère et reconnaîtrent le rôle prépondérant de l'épouse, ou de la compagne, dans les décisions quotidiennes, et la gestion du budget familial.

Terminons sur une note joyeuse ! Bien que la femme cambodgienne paraisse très réservée, elle l'est assurément, mais pas autant qu'on pourrait le croire à la voir marcher, grave, droite, l'air impassible, regardant toujours devant elle. En fait, elle est passablement moqueuse, très curieuse, elle voit tout, surtout les défauts de ses voisins ou voisines. Alors elle rira de cela avec ses amies, entretenant les petits cancans avec secret et malice. Et puis, elles aiment jouer aux cartes, au Loto, ou encore à la loterie, elles font des paris sur tous. Mais avant tout elles adorent leurs enfants..... 

Les mamans Khmères sont fusionnelles avec leurs enfants, et très kinesthésiques. Elles les sentent, les embrassent, les mordillent, les caressent, les tapotent, et les portent à longueur de journées. Et tous ces petits-êtres vont cul-nus. Un vrai rêve pour les tout-petits garçons, car leur maman et surtout les voisines, caressent leur "Kador" perpétuellement, l'embrasse, le tire ou le manipule, comme-ci cet objet sacré était le signe de toutes les jouissances ! (Kador = zizi, ou sexe de garçon).


Et ces mères sont avant tout des femmes indépendantes et ne veulent surtout pas être mis en cage, alors respectons leurs qualités et leurs petits défauts et nous aurons de merveilleuses compagnes.

Et puisque nous parlons du rôle important de la Mère au Cambodge, nous ne pouvons pas terminer cet épisode sans rendre hommage à la Reine du Royaume.

Les français connaissent la Reine sous le nom de Monique Izzi, mais les cambodgiens l’appellent Samdech Preah Norodom Monineath Sihanouk. Et par analogie à Samdech Aeuv (Le Roi Père) nous pouvons, en tout respect, l’appeler la Reine Mère. La Reine est née en Cochinchine, ex-Saïgon en 1936 d’un père français Jean-François Izzi, d’origine Corse (ah ces Corses !), et d’une mère cambodgienne Madame Pomme Peang. Alors puisque la Reine Mère du Royaume est d’origine Baraing, nous devons faire comme elle, adopter la culture Khmère.

Et nous ne pouvons résister à vous recommander la lecture suivante : c’est très romantique…

https://fr.groups.yahoo.com/neo/groups/CambodgeInfo/conversations/topics/292?var=1

Ainsi en adoptant sa « Culture » le Cambodge nous apprendra définitivement à prendre la vie d'une façon plus détendue. Gardons le sourire, respectons le rôle de la femme  et nous obtiendrons beaucoup plus...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

Kroussar
  • 1. Kroussar | 31/05/2016
Cher Marc

Le lien est réparé, et fonctionne de nouveau, par contre l'accès au site en référence est un peu long, donc patience...

Amitiés Kroussar
OSCULPT
  • 2. OSCULPT | 31/05/2016
https://fr.groups.yahoo.com/neo/groups/ … /292?var=1 Cher ami, désolé, le lien ci contre ne fonctionne pas. Cdlt. Marc

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 18/06/2016