Visiter Angkor !

L'histoire

Au plus profond de la forêt cambodgienne se niche un fragment d'éternité. Des centaines de Temples, vestiges d'une civilisation disparue, se cachent dans la jungle. Sous le sol et dans les temples, se dissimule la véridique histoire de la cité, de ses habitants, de ses Dieux bâtisseurs. Autour d'Angkor, des villages et des paysans vivent là depuis des générations. Pour eux, ici, un architecte céleste aurait bâti la réplique de la demeure des dieux.

Traditionnellement l'histoire d'Angkor commence au IXe siècle, mais, selon les annales Chinoises, le peuple Khmer dans sa folle migration arriva dans la péninsule Indochinoise, vers la fin du Ve siècle occupant un vaste territoire nommé Chenla1. Là, il bâtit la première capitale2 dont la centaine de temples attestait encore de sa grandeur. C'est ce que nous révélèrent les inscriptions sculptées dans la pierre des stèles et des pieds-droits des portes des temples. Ainsi on apprit que les Khmers, plus exactement les Khmers-Môns, étaient des descendants du peuple Munda, qui furent les premiers habitants des terres indiennes avant que de nouvelles civilisations ne viennent envahir et repousser les autochtones. Le peuple Mundas refusa de se soumettre et, plutôt que de perdre sa culture et ses traditions, préféra l'exode dont l'une des routes les conduisit vers le nord-est, et migra progressivement vers la Thaïlande et le Cambodge actuels, jusqu'à la Mer de Chine, intégrant le bas Mékong.

La langue, l'écriture, les pratiques religieuses de l'hindouisme arrivèrent en Asie avec eux. Ils apportèrent également leurs divinités indigènes, les génies maîtres du sol et de ses richesses, ou héros humains devenus esprits protecteurs. Toutes ces divinités eurent une importance considérable dans la vie des Khmers et furent transcendées à Angkor par la construction de centaines de temples qui leur étaient dédiés. Puis, dans leur frénésie, les Khmers construisirent des milliers d'autres temples, dans les diverses régions de leur vaste Empire. Ce qui allait devenir la fabuleuse cité d'Angkor se construisit progressivement. Au XIe siècle, le roi « Sûryavarman 1er » bâtit les premiers temples (Baphûon, Phimeanakas, Palais Royal…), entourés de larges bassins. Au XIIe siècle le site connut sa période d'apothéose ! Tout d'abord le roi « Sûryavarman II » fit édifier le mystérieux Angkor-Vat, puis, cinquante ans plus tard, le roi « Jayavarman VII » termina le chef-d'œuvre en érigeant la grandissime cité Royale d'Angkor Thom.

Certains attribuèrent au naturaliste Henri Mouhot la découverte d'Angkor, mais ce n'est pas exact. Ces temples invisibles aux Occidentaux, par méconnaissance, étaient connus de tous les peuples d'Asie. De plus, d'autres avant lui, explorateurs, aventuriers, anthropologues, rapportèrent déjà dans leurs écrits l'existence d'Angkor. Il y eut le Père Charles-Émile Bouillevaux, en 1850 ; ou bien avant lui, le moine portugais António da Madalena, en 1586, ou encore un ambassadeur Chinois qui avait décrit dans son rapport de mission, en 1250, "Au cœur de la jungle, Angkor la merveilleuse resplendit !".

Mais, après la publication posthume des notes de Mouhot, en 1863, chacun, en Europe, voulut voir les merveilles décrites. Très vite les pionniers laissèrent la place aux chercheurs. Plusieurs missions françaises se succédèrent au Siam3. L'École Française d'Extrême-Orient (EFEO), créée en 1899, fut chargée de la conservation des monuments. Dirigée d'abord par Jean Commaille, jusqu'en 1916 ; Henri Marchal lui succéda, et consacra toute sa vie à la rénovation des temples d'Angkor, puis d'autres encore, nombreux, jusqu'au jour où le Cambodge bascula dans le chaos.

1Chenla ou Tchenla, est le nom donné par les Chinois au Royaume Shivaïte Khmer, qui englobait toute la péninsule Indochinoise.

2L'actuel « Sambor Preah Kuk ».

3Aujourd'hui la Thaïlande. Angkor se trouvait dans la province de Siem Reap qui avait été annexée par les Siams. Cette province et celle de Batdambang furent restituées au Cambodge, en 1907, par les Français.

La ville et les Temples

La ville de Siem Reap est le chef lieu de la province, à une dizaine de kilomètres du complexe archéologique d’Angkor. Tous les voyageurs qui visitent les temples d’Angkor doivent donc séjourner dans cette ville.

Traversée par une rivière, la ville est plutôt charmante et tranquille même si elle accueille le plus grand nombre d’hôtels du pays. Siem Reap est accessible depuis Phnom Penh par la route (trois cent kilomètres, six heures de route) et, en saison de hautes eaux, par le Mékong via le lac Tonlé Sap. Ou encore par voie aérienne. 

Siem Reap propose toutes les catégories d’hôtel, du plus modeste au plus luxueux. De nombreuses structures de charme permettent d’avoir un très agréable séjour, d’autant plus que le choix est vaste concernant les restaurants et les bars. La vie nocturne de Siem Reap est très animée.

C’est à partir de Siem Reap que les visites d’Angkor et des villages flottants sur le Tonlé Sap sont organisées. A l’intérieur de la ville, le musée national d’Angkor est le principal site à visiter. C’est ici que sont exposés les œuvres d’art emblématiques de l’ancien royaume khmer et les modèles de temples. La visite de ce musée est une parfaite introduction à la civilisation angkorienne et à l’art khmer, vivement recommandée avant d’aller aux temples d’Angkor (notamment pour ceux qui n'ont pas visité celui de Phnom Penh).

L’Angkor Pass est un laisser-passer obligatoire et nécessaire pour accéder et pour visiter les temples du parc archéologique d’Angkor, situé à 8 km du centre-ville de Siem Reap. Car à moins d’être cambodgien, il vous faudra être en possession de ce fameux laisser-passer pour pouvoir pénétrer dans l’enceinte des temples d’Angkor. Vous l’aurez compris l’Angkor Pass est un forfait faisant office de billet d’entrée pour les temples d’Angkor. Il couvre l’entrée à tous les temples situé dans le parc archéologique d’Angkor (Angkor Thom, temple du Bayon, temple du Preah Khan, Angkor Wat, temple du Ta Prohm, temple de Ta Keo, temple Ta Som…) mais également aux temples du complexe de Roluos (temples de Preah Ko, Lo Lei, et le Bakong) situés à environ 12 kilomètres au sud-est du site principale et aux temples de Banthey Srei et Banthey Samre, tous les deux situés au nord du Parc archéologique d’Angkor.

Toutefois, l’Angkor Pass ne couvre pas l'accès à Phnom Kulen, où il faudra payer 20 US$ par personne.

Le Angkor Pass (72 US$) de 3 jours permet de visiter les temples sur une période étalée de 3 jours non consécutifs sur une semaine.

La visite des Temples.

Pour moi, le circuit idéal est le suivant :

Premier jour:

Départ 8h00 vers les Temples, petit arrêt pour l'achat du PASS 3 DAYS, valable 7 jours (72$/personne), puis visite Angkor Thom, Bayon, Baphuon, Terrasse des Eléphans, Preah Khan; retour vers Thommanon, Chau Say Tévada, Takeo.

Déjeuner auprès du lac de Srah Srang qui permet de visiter Banteay Kdey et Ta Prhom l'après midi. Puis retour vers Siem Reap pour profiter de l'ambiance festive qui règne à longueur d'année au coeur de la ville.

Deuxième jour:

Option 1) Départ 5h00 vaut vraiment le coup, c’est magique, lever du soleil sur Angkor Vat, avant la visite de la coupole sacrée; des galeries, des fresques, des cours intérieures. Et visite du Musée d'Angkor l'après-midi.

Option 2) Départ 9h00 visite du Musée d'Angkor le matin, et visite d'Angkor Vat l'après-midi à partir de 15h00, beaucoup moins de touristes. Grandiose vous serez les seuls maîtres à bord, ou presque !!

Option 3) Départ 5h00 lever du soleil sur Angkor Vat, mais s'il y a trop de monde, parfois plus de 100 000 visiteurs, alors visite de  Neak Pean et Ta Som, puis retour sur Siem Reap pour la visite du Musée d'Angkor. L'après-midi à partir de 15h00, visite d'Angkor Vat .

Troisième jour:

Direction Banteay Srey (en souvenir d'André Maleraux le voleur, mais surtout en hommage à Henri Parmentier qui découvrit ce temple merveileux) le temple se visite en 1 heure. Puis direction Phnom Kulen, et déjeuner au bord de la rivière sacrée (à voir : Montagne sacrée, Bouddha couché, les milles lingas, source miraculeuse et chuttes d'eau). Il faut éviter les samedis et dimanches, car les khmers viennent en pèlerinage, et la présence d'un trop grand nombre de locaux ne permet pas de s'imprégner de la sérénité des lieux.

Conseils: Il faut absolument accéder à la montagne avant 12h00, heure à laquelle l'accès aux véhicules est interdit afin de permettre aux pèlerins de redescendre de la montagne (voie d'accès unique à une seul sens, en théorie...) L'idéal est d'arriver en haut de la montagne vers 10h00 du matin, afin de réservez une paillotte au bord de la rivière sacrée. C'est endroit est assez bruyant, mais à un charme incomparable.

Départ vers 14h00, et visite Kabal Spean (rivière aux mille Lingas) comter deux heures de marche aller-retour. Puis retour vers Siem Reap.

Quatrième jour:

Direction vers le Village des pêcheurs "Kompong Phluk", visite du village en bateau et accès au Tolé Sap, collations prises au Restaurant flottant.

Pour ceux qui voudrais visiter les temples Preah Kô & Bakon de Roluos, qui se situent juste à côté, il vous faudra prendre un pass pour une journée supplémentaire (40$) L'idéal est de visiter en fin d'après-midi pour profiter un maximum du village des pêcheurs et du charme des temples au soleil couchant.

Les jours à éviter pour visiter Angkor Vat

La religion Bouddhique se référe au calendrier lunaire, dont l'année zéro correspond à la mort de Bouddha, soit 543 ans avant la naissance de J.C. Un mois Lunaire a 29 ou 30 jours selon les mois. Le huitième jour ainsi que le quatorzième ou quinzième jour, de chaque mois lunaire, est un jour religieux, et les Khmers se rendent à la pagode pour prier.

Ainsi, ces jours de prières, et lors des fêtes religieuses, le Bakan du Temple d'Angkor, partie sacrée, dernier étage du temple, est fermé aux visiteurs. Donc il est prudent de se renseigner sur les jours de fermetures avant d'entreprendre la visite. Il est donc indispensable de se procurer un calendrier Khmer, ou Khmer/Chinoi pour connaître tous les jours consacrés à Bouddha (voir photo, le 4 juin, est aussi le 15ème jour du mois pour les Khmers, le Bouddha de couleur rouge en haut à gauche de la date, marque ce jour de prière). Renseignez-vous auprès de votre hôtel ou gesthousse afin de le connaitre précisément. 

Nota: En fonction du jour de prière, il convient de réorganiser l'ordre proposé pour les visites.

 

 

 

 

Image 11

 

Tenue vestimentaire

Dans tous les Temples du Cambodge, une tenue correcte est exigée !

Encore plus dans l'enceinte sacrée des Temples d'Angkor Vat. Même si parfois, on croise des bimbos en tenues extra légères, mais cela est strictement interdit. En conséquence, il faut prévoir:

  • Pour les femmes : Pantalon léger et corsage/chemisier couvrant épaules et les bras. (pas de jupe ni de short),
  • Pour les hommes: Pantalon léger également et chemise à manche longue.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 18/08/2018